Bussy en Othe
Champlay
Chamvres
Joigny
Looze
Paroy sur tholon
Précy sur Vrin
Saint Aubin sur Yonne
Verlin

Villevallier

 

Maire : Jean-Marc GRILLET-AUBERT

 

Adresse : 52 rue de la République 89330 VILLEVALLIER 

Tél : 03.86.91.12.14

Adresse mail : mairie-villevallier@wanadoo.fr 

Site internet : https://villevallier89.e-monsite.com/

 

Horaires d'ouverture : 

  • Mme Nadine GABRIAC vous accueille pour toutes vos démarches du 

Lundi au Samedi : 9h10 - 11h30 

Le pont de Villevallier

Longtemps la rivière a été franchie par un gué seulement praticable en période de basse-eaux, puis par un bateau remplacé par un bac dans les années 1820.

Afin notament de favoriser les activités agricoles entre les villes de la rive gauche et celles de la rive droite et la passage des journaliers, et pour éviter d'aller passer le pont à Villeneuve-sur-Yonne ou à Joigny, on construit un pont à péage en 1833 et mis en service le 20 février 1834.

Ce pont suspendu, construit par décret du 24 juillet 1832 et d'une longueur de 90 m, est une œuvre de la Compagnie Seguin qui a financé la construction du pont dont elle était propriétaire pour une concession de 99 ans et dont elle assurait le péage. Toutefois le péage s'est arrêté avec la loi du 30 juillet 1880 qui obligeait les communes à racheter les concessions, pour prendre libre et gratuit l'accès au pont.

Jean-Antoine Leclerc de Milfort

Jean-Antoine Leclerc de Milfort dit Milfort-Tastanegy est né le 2 février 1752 à Thin-le-Moutier, dans les Ardennes et mort le 17 juillet 1821 à Villevallier dans l'Yonne.

Militaire français, puis aventurier, il devient grand chef de guerre de la nation indienne des Creeks, et revenu en France, est fait général par Bonaparte.

En 1775, son goût pour les voyages le porte à se rendre aux Etats-Unis, où il débarque en avril. Là, non content de visiter les états de l'Union, il s'enfonce dans le pays des "Peau-Rouges", au sud de l'Ohio.

Après avoir marché au hasard pendant trente-deux jours, il arrive chez les Creeks et fait, comme soldat, sous un de leurs chefs, une première campagne, dans laquelle il se bat avec courage et fournit un plan au commandant de l'expédition.

Dans une seconde campagne, l'armée lui doit son salut, et il reçoit, pour récompense, le titre de "Petit chef de guerre".

Une troisème expédition, commandée par lui-même, a un tel succès, que peu de temps après (1780), les chefs de la nation réunis autour du feu du conseil, le nomment "Grand chef de guerre" ou Tastanégy, haute fonction propre au temps de guerre seul, et qui n'est subordonnée à aucune autre.

Notre grand chef reste près de vingt ans chez les Creeks, et ne donne sa démission que le jour où l'Espagne, l'alliée de ces peuplades, vient à déclarer la guerre à la France.

Il rentre alors dans son pays natal.

En 1817, il va s'installer à Villevallier (Yonne) où il vit seul, avec un domestique.

Après une vie extraordinaire, il y décède dans son lit le 16 juillet 1821, à l'âge de 69 ans.